Maison des Solidarités de Palaiseau : inauguration et révision de l’histoire

Communiqué de presse – 30 septembre 2015

Demain, jeudi 1er octobre 2015, François Durovray, Président du Conseil départemental de l’Essonne,
et Grégoire de Lasteyrie, Maire de Palaiseau, inaugurent la nouvelle Maison Des Solidarités (MDS) de
Palaiseau. Ces nouveaux élus méconnaissent les règles de politesse républicaines les plus
élémentaires et revisitent l’histoire des projets juste pour apparaître sur la photo derrière les
rubans et se réapproprier le travail des autres.

Une inauguration en catimini
L’invitation a été envoyée aux seuls conseillers départementaux par F.Durovray en début de semaine
et les conseillers municipaux de Palaiseau ont été purement et simplement oublié des invités…sauf
ceux de la majorité. Le cabinet du maire a bien relayé l’invitation mais a également « oublié » les élus
de l’opposition. Monsieur De Lasteyrie n’en est pas à son premier « oubli » d’inviter les élus
d’opposition de Palaiseau. C’est par contre une première regrettable du Président du Département
dont c’est le premier déplacement à Palaiseau depuis son élection.

Rétablissons la vérité historique !
Cette plateforme sociale, unique en Essonne lors de sa création en 2004 en regroupant les services
sociaux de la Ville, du Département et les acteurs associatifs, était jusqu’à maintenant implantée
dans les locaux de la Zone des Glaises de Palaiseau. Sa relocalisation dans les locaux de l’ancien
Commissariat de Police de Palaiseau en centre-ville avait été actée dès l’origine par Michel Berson,
Jérôme Guedj et François Lamy. Jean-Claude Oppeneau en tant que 1er adjoint en charge des
solidarités puis Claire Robillard ont permis à ce beau projet de devenir réalité grâce à la mobilisation
continue des services de la ville, du Conseil départemental et des acteurs du territoire. Nous nous
félicitons de l’arrivée de ce « vaisseau amiral » de l’action sociale pour venir en aide aux plus fragiles
dans notre ville. Contrairement à son satisfecit d’aujourd’hui, la droite départementale et municipale
ont toujours chercher querelle sur ce beau projet !

Rendre hommage à Jean-Claude Oppeneau, l’initiateur du projet.
Fidèle à leur état d’esprit ferme et constructif sur les projets et pour faire le lien mémoriel, nous en
appelons au Président du Conseil départemental de l’Essonne pour que la mémoire de la MDS
subsiste et nous proposons que sur le parvis de la plateforme sociale soit consacré à l’installation
d’une oeuvre d’art qui évoquerait le souvenir de Jean-Claude Oppeneau
, disparu depuis, qui
manquera demain à tous ceux qui ont vu « pousser » ce projet de la MDS de Palaiseau. Cela
permettra d’allier l’homme de l’art à l’homme des solidarités qu’il a été durant plusieurs décennies
dans notre Ville.

Il n’est pas trop tard pour rétablir l’histoire de Palaiseau sur ce bel outil au service des Palaisiens.

Matthieu PASQUIO
Secrétaire de Section du PS de Palaiseau
Conseiller départemental remplaçant du canton de Palaiseau
@M_Pasquio
pspalaiseau@gmail.com

David BODET
Président du Groupe des élus « Palaiseau Passionnément »
@BodetDavid
david.bodet@mairie-palaiseau.fr

Télécharger le communiqué de presse au format PDF ici

Tribune de Palaiseau Passionnément dans la Palaiseau Mag’ du mois de juin 2014

«Jours de fête», dernière séance ?

Pour sa première fête de la ville, la droite n’a pas hésité : suppression du vendredi soir, scène réduite le samedi, artistes moins nombreux. Au nom d’une réduction des dépenses soi-disant indispensable, alors que le budget 2014 était largement équilibré. En période de crise, c’est justement la culture et le vivre ensemble qu’il faut préserver.

 

Depuis 2001, «Jours de fête» était devenue une véritable fête populaire rassemblant tous les quartiers et toutes les générations. Associations, conservatoire, commerçants, musiciens et artistes locaux s’engageaient pour permettre à tous de se retrouver. C’était une formidable occasion de rencontres, d’échanges, de plaisirs partagés. Il faut malheureusement recourir à l’imparfait. M. de Lasteyrie en a décidé autrement.

 

Trop cher ! Et pourtant ! Lors de la campagne, le candidat de la droite a clairement défendu la construction d’un nouveau centre culturel à Palaiseau, faisant référence à l’opéra de Massy ou au théâtre de Longjumeau. Quand on connaît les coûts de fonctionnement de ces équipements de prestige, on comprend mal l’acharnement à rabaisser une fête très appréciée des Palaisiens. Une fois dans l’année, les familles pouvaient entendre des artistes dont beaucoup ne pourraient pas se payer les concerts. Il y avait d’autres solutions que nous avions commencées à mettre en oeuvre notamment grâce à la Caps : mécénat des entreprises travaillant sur le territoire et création d’un festival, autant d’actions qui permettraient d’augmenter les recettes et de conserver nos jours de fête.

La droite palaisienne s’attaque à la Culture

M. Grégoire de Lasteyrie, maire de Palaiseau, a décidé de fermer au public le Ferry, lieu d’activités culturelles libres emblématique de Palaiseau, installé sur le site de l’ancienne école Jules Ferry, avenue de Stalingrad.

Cette décision fait suite à l’avis défavorable de la commission de sécurité. La droite palaisienne tentera ainsi de faire croire que cette fin était inéluctable, alors que ce sont bien ses choix budgétaires qui ont précipité ce désastre. Elle seule a décidé de reporter à 2015 les travaux de réhabilitation du site, initialement prévus en 2014 par l’ancienne majorité. Les élus du groupe Palaiseau Passionnément avaient publiquement dénoncé cette décision en conseil municipal, soulignant qu’elle pouvait conduire à la fin de cette belle aventure culturelle. C’est encore la droite qui choisit aujourd’hui de renoncer à ce lieu cher à de nombreux Palaisiens de tous âges plutôt que de procéder aux rénovations nécessaires.

C’est un nouvel acte politique qui marque une nouvelle étape dans l’affaiblissement de la politique culturelle de la ville : quasi suppression de la fête de la ville, report de la rénovation de la MJC, programmation culturelle privilégiant le théâtre de Longjumeau et l’Opéra de Massy. Pour le maire et la droite palaisienne, la culture coûte « trop cher », surtout lorsqu’elle est incontrôlable. Les Palaisiens ont toujours eu accès à une offre culturelle riche, libre et variée. En pleine crise sociale et morale, nous avons plus que jamais besoin de la culture sous toutes ses formes pour préserver le vivre ensemble et permettre aux habitants de se rencontrer.

Le groupe Palaiseau Passionnément s’oppose vigoureusement cette décision arbitraire que l’état financier de la ville ne justifie absolument pas.

Ils demandent :

  • que les associations et acteurs culturels du Ferry soient enfin reçus par le maire ;

  • que les travaux strictement nécessaires à sa réouverture soient réalisés dès le premier semestre 2015 ;

  • que le projet culturel du Ferry soit préservé et qu’une concertation constructive s’ouvre pour faire vivre ce lieu de vie important pour la ville et les Palaisiens

Télécharger le communiqué de presse